Mères primales de Brand Souffy

Résumé raccourci SANS SPOILERS:

Une jeune femme, Louise, devient mère porteuse pour le compte de gens aisés. Son mentor et employeur, le professeur Brinder, la couve jusqu’à ce qu’elle découvre qu’elle a été manipulée et que le bébé qu’elle porte est destiné à tout autre chose.

UN CONSEIL : NE LISEZ PAS LE SYNOPSIS sur les sites de Livraddict, Booknode et SimPlement !

Suite du résumé ATTENTION SPOILERS :

Elle s’échappe de la maison de Brinder dans laquelle elle est séquestrée, et rejoint les Vosges où elle va être hébergée par Isidore, un personnage solitaire. Elle accouche enfin de son enfant ; il s’agit d’une petite Humanzee, moitié humaine, moitié simienne.

Un sbire de Brinder retrouve leurs traces et s’en tient à sa mission qui consiste à récupérer l’Humanzee et à tuer sa mère. Louise parvient à abattre le tueur avant de repartir sur les routes dans le combi de ce dernier. Étrangement, elle perçoit comme un appel émanant de l’hémisphère sud et s’y rend sans hésiter avec sa fille.

Les Humanzees constituent une espèce créée de toute pièce, puisque leur existence n’est pas le fruit du seul hasard. L’organisation dirigée par Brinder a élaboré un projet unique, à eux seuls dédié. Un projet dantesque qui changera définitivement le destin de l’Humanité et par ricochet, le cours de l’Histoire du monde…

Un événement aussi retentissant que celui qui a marqué la fin des dinosaures.

L’histoire de fond en forme :

Dès les premiers mots de l’auteur, je me suis sentie immergée aux côtés des personnages. En effet, l’histoire commence dans le parc de l’Orangerie à Strasbourg et le cadre spatial est parfaitement décrit. D’ailleurs, les lieux le sont aussi superbement et donnent un aspect très réaliste tout au long de l’histoire. La richesse plume est tout aussi intéressante : on a affaire à un livre très maîtrisé !

Les barques à fond plat glissaient sur le plan d’eau du Parc de l’Orangerie, fendant des flots immobiles, troublant voluptueusement une vase depuis longtemps endormie. Je contemplais ces hommes de tous âges qui ramaient comme des galériens pour emporter leur amie, leur épouse ou leur fiancée, dans une croisière fantasmée. Des bataillons désordonnés de jacinthes et d’iris avaient colonisé les rives et empêchaient toute escale impromptue. J’avais le bête sentiment que chaque coup de rame les rapprochait davantage d’un naufrage que de cette fabuleuse terre promise qu’à mon tour j’avais tant espérée offrir à ma fille.

Un sujet innovant ?

Ce n’est pas la première fois que je découvre une histoire mettant en scène une/des mère/s porteuse/s. Différentes œuvres en parlent  comme le livre de Margaret Atwood ou La servante écarlate (en français) (puis série du même nom), Le fruit de nos serments de Terese Ramin et un de Le jour où tout a basculé. Mais ce ne sont que des apparitions minoritaires de ce sujet.

Bien que la série Netflix The Handmaid’s Tale connaisse un succès fulgurant, une grande différence se fait entre l’oeuvre de Margaret Atwood et celle de Brand Souffy quant à la question de porter l’enfant d’un autre. Dans THT, les servantes rouges sont privées de leur libre-arbitre tandis que Louise, outre la manipulation dont elle est la victime, la possède. Outre les questions de morales intervient aussi une question de choix, de liberté… 

Les personnages :

Ils sont tous très intéressants et travaillés. La manipulation règne au sein des personnages et leurs caractères, leurs « pierres angulaires » pas trop clichées (comme ils disent dans Westworld),  et leurs desseins sont rendus réalistes. Ce sont des personnages intéressants par leurs motivations mais aussi par les réflexions qu’ils suscitent. Personnellement j’ai très apprécie l’évolution de Louise qui n’a cessée de m’étonner !

Points négatifs :

  • Le résumé en dit BEAUCOUP trop ! Je parle de celui de l’auteur présent sur SimPlement…

  • La richesse de la plume est très instructive et rend la lecture encore plus intéressante, mais d’un autre côté, son utilisation lors des prises de parole de Louise (qui dit ellemême qu’elle n’a pas une grande culture ni une grande intelligence) semble pas très bien coller.

  • Ce n’est pas temps une chose que je reproche à ce livre mais plutôt à beaucoup… Pour porter cet enfant Louise subit des consultations gynécologiques évidement ça m’étonnerait qu’elle ait juste écarté les jambes, fermé les yeux, rien senti et hop elle est sortie du cabinet… Mais c’est un sujet tabou, je n’en dirai pas plus 😉

Petits plus :

Comme vous vous en doutez, ce genre de livre fait naître une multitude de questions :

IMG_0352

  • Dans le cas où j’aurai besoin d’argent, serai-je capable de devenir mère porteuse ? Quand on regarde les faits divers ces mères porteuses sont généralement des personnes victimes de réseaux puissants ou qui ont des parents/enfants dans le besoin. Peut-être aussi qu’une partie le fait par goût de l’argent mais c’est une triste façon de donner de la valeur à la vie… Certaines y éprouvent peut-être un besoin/plaisir… C’est une question terrible et en y pensant, qu’est-ce qui pousse à la prostitution ?

  • Je suis passionnée par la science mais toutes ces expérimentations animales (dont homme) me surpassent. Pourquoi essayé de faire de telles choses ? Surtout que le sujet traité dans le livre est loin d’être un cas inventé : des expériences ont déjà été menées ou ont essayé d’être menées par le passé. Voici des liens :

Toutes ces petites choses positives :

  • Un des personnages secondaires est homosexuel. L’histoire ne s’épanche pas sur leur relation mais quelques remarques font honneur à la cause ! C’est super ! Dit donc c’est le deuxième SP en deux semaines qui en parle !

  • Un des personnages est végétarien ! Voilà ça me rend heureuse 🙂

IMG_0355

  • Comme le fait remarquer l’horrible professeur, le prénom Swala possède une certaine signification… J’espère que c’est la bonne 😉 

IMG_0357

  • Enfin dans une fiction, lorsqu’il y a une course ou une tentative de fuite le conducteur cale ! A croire que nous autres pauvres humains ne calons jamais quand le stress monte !

IMG_0351

Mon avis :

J’ai trouvé que c’était un livre merveilleusement bien écrit ! Dans les passages descriptifs, on a plus l’impression de lire de la prose tant la plume et le cadre sont beaux. Aussi, c’est un roman qui pose de grandes questions sur la Vie, la Nature et les progrès de la sciences ; de quoi remettre en questions notre morale et la place des humains sur Terre. En bref, ce fut un immense coup de cœur ; j’ai été très déçue de terminer ma lecture (j’espère qu’il y aura une suite!), et je ne peux que vous recommander la lecture de ce livre !

Remerciements :

Je tiens à remercier l’auteur de m’avoir fait confiance et permise de découvrir ce superbe livre ! Merci aussi à la plateforme SimPlement qui permet ces échanges !

Titre : Mères Primales

Auteur : Brand SOUFFY

Éditions : IS Editions

Genres : SF, Drame

Année de parution : 2017

Nombre de pages : 350

ISBN : 9782376920458

Publicités

20 minutes avant la tombe de Murphy Myers

Résumé :

Il s’agit de l’histoire d’Élia, une Dame Blanche. L’histoire commence lorsqu’elle se retrouve bloquée dans une boucle temporelle : elle est censée sauver une personne mais elle ne sait pas qui est la personne qu’elle doit sauver. En effet, après chaque sauvetage de la personne qui la prend en stop, Owen, elle reprend la boucle à son commencement… Comment peut-elle faire pour de sortir de là ?

Lire la suite

La destinée des désolations par Arnaud Niklaus

 

Résumé
Dans un futur proche, Casey Alexander parcourt les restes du monde, avec un seul but en tête : trouver un havre de paix. Au cours de son périple, il rencontrera ses futurs alliés… Comme ses futurs ennemis ! En leur compagnie, Casey tentera l’impossible pour survivre et trouver une terre accueillante où vivre… Ce premier tome de la saga littéraire « La destinée des désolations » est une introduction à cet univers bien particulier.  Les aventures de Casey Alexander se poursuivront sur de nombreux ouvrages.

Lire la suite

Danse avec moi – Amélie Preve

Résumé :

Vivant depuis des années sous l’emprise de son compagnon violent, Eve décide, sur les conseils de sa voisine, d’intégrer secrètement la troupe du cabaret « Les Plumes Rouges ». Désireuse de prendre un nouveau départ, elle se lance à corps perdu dans sa nouvelle passion. Elle va alors croiser le chemin de Nathan, un danseur aussi talentueux qu’envoûtant. Avec lui, Eve sent naître un nouvel espoir. Pour le meilleur et pour le pire

Les vannes de mes yeux s’étant enfin refermées grâce à ma boule de poils, je décide de m’occuper un peu. La télévision me permettra peut-être de m’abrutir suffisamment pour ne pas penser à tout ce qu’il vient de se produire. Je crois que je ne m’habituerai jamais à ces scènes quotidiennes.

Lire la suite

Voyage au pays de l’envie par Frédéric Marcou

Résumé :

Il serait compliqué de réaliser un résumé de ce recueil de nouvelles tant elles sont différentes les unes des autres, mais aussi similaires par plusieurs aspects que je vais développer plus bas. Je ne ferai donc pas de résumé détaillé pour cette chronique, mais un passage rapide sur chaque nouvelle. La première nouvelle parle de la réincarnation. La suivante traite d’une sorte d’établissement psychiatrique. La troisième est à propos d’un monde parallèle où les magiciens sont pourchassés. L’avant dernière histoire est celle d’une découverte scientifique hors-norme. Enfin, l’ultime nouvelle est à propos d’un homme qui semble être poursuivi.

Lire la suite

Les enfants de Castlewood par Mickaël Druart

Résumé :

Cinquante ans après avoir été dévoré par les flammes, le château de l’orphelinat de Castlewood se voit restauré par les soins d’un riche inconnu.

Mais tandis que sur le village pèse toujours l’ombre de la tragédie, six citoyens sont invités à partager un repas entre les murs de la lugubre bâtisse.

Aucun, pourtant, ne doit sa présence au hasard.

Car derrière les portes de l’orphelinat, dont les murs font encore résonner les rires cristallins de leurs victimes, se dissimule le secret bien gardé de la tragédie, et du lien qui l’unit aux six convives, et à leur hôte.

Lire la suite