Seuls, la Disparition de Bruno Gazzotti et Fabien Vehlmann

9782800136929-couv-m800x1600

Résumé :

Ils sont cinq … mais ils sont seuls.

Il y a d’abord Yvan, 9 ans, l’artiste rigolo et carrément lâche. Il y a ensuite Leïla, 12 ans, la garçonne énergique et optimiste. Viennent ensuite Camille, 8 ans, la naïve généreuse et moralisatrice et Terry, 5 ans et demi, le gamin turbulent et attachant. Et puis, il y a aussi Dodji, 10 ans, l’ours au grand cœur.

Ces cinq enfants se réveillent un matin et constatent que tous les habitants de la ville ont mystérieusement disparu. Que s’est-il passé ? Où sont leurs parents et amis ? Ils se retrouvent livrés à eux-mêmes dans une grande ville vide et vont devoir apprendre à se débrouiller… SEULS !

9782800136929_p_1

Découverte :

Cette BD fait parler d’elle depuis un moment mais je n’avais jamais eu l’occasion de la lire. Il y a quelque temps, je l’ai repéré sur Vente Privée (ICI article bon plan – vente privée) et hop j’ai sauté sur l’occasion ! D’une certaine manière je ne regrette pas mais je suis un peu mitigé… Je vous laisse avec la suite 😉

giphy

Seuls : du dessin à l’histoire :

Dès les premières pages, le ton est donné. Les planches sont simples et très colorées, on a l’impression d’être dans une bande-dessiné « ancienne ». En effet, le décor, le trait et les colories peuvent très bien rappeler ceux des anciens comics, c’est très nostalgique !

Avec ce style, j’ai eu l’impression de lire un mélange des traits de Superman X Foot de rue X The Wlaking Dead !

Après quelques bulles, on découvre tour à tour les jeunes personnages de cette histoire et leur petite vie « avant tout ça ». Mais qu’est-ce que tout ça ? C’est le moment où ils s’aperçoivent que presque tout le monde a disparu et qu’ils sont seuls livrés à eux-mêmes dans un monde en plein changement. Ce qui est intéressant c’est de voir que chacun à un mode de vie totalement différent, chacun vient d’un milieu différent, « privilégié » (j’aime pas ce mot) ou non. Ils se retrouvent tous dans le même pétrin et vont devoir cohabiter les uns avec les autres. Pourquoi ?

cacheyvant1p25

L’histoire et les similitudes :

·         The Walking Dead. Étant une grande fane de la série The Walking Dead, mais soyons clair : les saisons sans Neghan seulement, il y nombreuses similitudes entre les deux histoires. Sans prendre en compte le fait qu’ici les héros sont des enfants face à des adultes (majoritairement) dans TWD, et en oubliant les morts-vivants, le cadre principal est le même. Un grand changement vient d’avoir lieu, personne ne comprend vraiment la situation, les personnages décampent de leurs maisons pour rejoindre la ville quand tout à coup…

·         Seuls au monde. Je n’ai pas réussi à lire cette saga jusqu’au bout, bien trop de mal avec le style d’écriture, mais la trame est semblable. Elle est aussi semblable à de nombreuses dystopies actuelles : des jeunes se retrouvent sans défense face à un danger, une menace détruisant tout sur son passage et se réunissent entre survivants. Dès-lors, ils vont devoir trouver d’où vient le problème et comment survivre dans une telle situation…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Mon avis :

Dire que je n’ai pas apprécié cette BD ne serait pas totalement honnête.

Je suis vraiment mitigée.

Par rapport à mes attentes, liées à de nombreuses recommandations, je m’attendais clairement à mieux. L’histoire n’est pas si originale que ça AUJOURD’HUI (la BD date de 2006).

Pour le moment je trouve que ce sont des adolescents pas très « matures », beaucoup trop stéréotypés et ayant peu de dialogues les uns envers les autres. J’ai bien aimé le côté aventureux et courageux (mais qui jouent les gros durs…) de Dodji et Leïla mais Camille et Yvan sont pour moi le gros cliché des « intellos à lunettes » qui ne savent rien faire de leurs dix doigts… J’aimerais beaucoup voir leur évolution et espère que ces deux types de tempéraments vont s’équilibrer.

Ce tome se lit très/trop vite, on n’a pas vraiment le temps de s’arrêter sur les images. Plus jeune (au collège peut-être) cette histoire aurait été un véritable coup de cœur ! C’est tout à fait un genre vers lequel j’aime me tourner, mais ici il y a trop de « déjà vu » et pas assez de développement. Et puis je me rends compte d’une chose, je trouve les dystopies de plus en plus lassantes. C’était à la base mon genre préféré mais à force d’en lire de partout (même si j’ai adoré Hunger Games, Le Labyrinthe, Divergente, La 5^ème vague…) c’est souvent la même chose et il n’y a plus trop de suspense…

Maintenant, deux questions se posent : peut-être qu’avoir lu un livre aussi vite n’est pas que négatif : avec une telle action, difficile d’approfondir pleinement puis de dire qu’on n’aime pas… Ensuite, c’est un premier tome. Il n’y a que très peu de pages et c’est un livre plus axé jeunesse : la suite vaut peut-être le coup d’œil ? Que me conseillez-vous ?

En bref :

En soi l’histoire n’est pas totalement déplaisante, le dessin m’a bien plu, mais j’aimerai bien savoir si la suite de l’histoire va « s’améliorer ». Ce que je retiens c’est un assez bon moment de lecture et que je suis bien contente de l’avoir acheté 2€ et non plus !

L’interview de Fabien Vehlmann pour les éditions Dupuis :

Saga : Seuls

Titre : La Disparition, tome 1

Dessinateur : Bruno Gazzotti

Scénariste : Fabien Vehlmann

Éditions : Depuis

Année de parution : 2006

Nombre de pages : 56

ISBN : 9782800136929

Publicités

Matin brun de Franck Pavloff

61josvPMvBL.jpg

Résumé :

Charlie et son copain vivent une époque trouble, celle de la montée d’un régime politique extrême : l’Etat Brun.

Dans la vie, ils vont d’une façon bien ordinaire : entre bière et belote. Ni des héros, ni de purs salauds. Simplement, pour éviter les ennuis, ils détournent les yeux.

Sait-on assez où risquent de nous mener collectivement les petites lâchetés de chacun d’entre nous ?

Découverte :

En toute honnêteté, j’avais oublié avoir lu ce livre ! Je l’ai vu rayon classique et je me suis dit : il est très connu, fortement recommandé, petit et pas cher (j’avais déjà acheté trop de livres oups oups oups) on fonce ! En le lisant je me suis rappelé l’avoir lu en 3ème (avec une professeure géniale !) qui nous avait aussi fait lire Le Passeur de Lois Lowry et La Ferme des Animaux de George Orwell !(lien : ma chronique ici) Il est certes petit mais très important et c’est pour ça que j’ai décidé de vous en parlez !

L’histoire :

Tout commence par une discussion. Celle entre le narrateur et son ami Charlie. Apparemment ce ne sont pas des discussions palpitantes mais plutôt des échanges de pensées sur le vif sans réel intérêt. Charlie annonce que son chien a été piqué parce qu’il n’était pas brun. Le narrateur n’est pas choqué, il l’Etat a récemment fait de même avec les chats, dont le sien. Effectivement les « bruns » seraient de meilleurs animaux de compagnie, plus rentables, plus intéressant…D’après un avis scientifique. Que dire de plus ?  

Pour les chats, j’étais au courant. Le mois dernier, j’avais dû me débarrasser du mien, un de gouttière qui avait eu la mauvaise idée de naître blanc, taché de noir. C’est vrai que la surpopulation des chats devenait insupportable, et que d’après ce que les scientifiques de l’état national disaient, il valait mieux garder les bruns. Que des bruns. Tous les tests de sélection prouvaient qu’ils s’adaptaient mieux à notre vie citadine, qu’ils avaient des portées peu nombreuses et qu’ils mangeaient beaucoup moins. Ma foi, un chat c’est un chat, et comme il fallait bien résoudre le problème d’une façon ou d’une autre, va pour le décret qui instaurait la suppression des chats qui n’étaient pas bruns.

Pourquoi lire ce livre ?

Vous voyez surement al triste similitude avec l’Histoire. C’est parce que ce texte possède la force incroyable de faire ressortir de grandes notions :

–          Le titre Matin Brun fait référence aux Chemises Brunes qui était un surnom donné aux miliciens nazis.

–          Cette nouvelle est universelle pour ne pas reproduire les erreurs passées.

–          Elle est très simple de compréhension et accessible à tous !

–          Elle est contre la pensée unique, donc contre l’opinion exclusive. Je ne sais pas comment plus définir cette « idéologie » je vous laisse voir par vous-même c’est très vague ! Mais voici de petites caricatures qui résument bien la situation :

–          Ici, l’auteur propose une satire du nazisme (ou Nationalsozialismus) durant le Troisième Reich, régime politique totalitaire. Le totalitarisme est un système politique caractérisé par la soumission complète des exigences individuelles à un ordre collectif qui fait régner un pouvoir dictatorial dans le but de créer une société nouvelle. Ici l’Etat Brun.

–          Le manque de réaction lors des premiers signes :

First they came…

First they came for the Socialists, and I did not speak out—

Because I was not a Socialist.

Then they came for the Trade Unionists, and I did not speak out—

Because I was not a Trade Unionist.

Then they came for the Jews, and I did not speak out—

Because I was not a Jew.

Then they came for me—and there was no one left to speak for me.

Martin Niemöller – 1942

https://fr.wikipedia.org/wiki/Quand_ils_sont_venus_chercher

qd ils sont venu

Mon avis :

Que dire de plus ? Si vous aimez le genre mais que vous ne l’avez pas encore lu, vous n’avez plus d’excuse il est à 2.5€ et téléchargeable facilement en PDF. Simple, court et efficace : foncez !

Pour aller plus loin :

– Lecture du livre par Jacques Bonnaffé et Denis Podalydès.

– Un beau matin adaptation de Matin bun par Serge Avédikian

Titre : Matin Brun

Auteur : Franck Pavloff

Editions : Cheyne

Genre : Dystopie – Nouvelle

Année de parution : 2018 (première édition 1998)

Nombre de pages : 11

ISBN : 9-782841-160297

 

Les hommes dénaturés de Nancy Kress

Résumé :

2030. La fertilité a chuté dangereusement. La vieillesse est devenue la norme, et les jeunes de précieuses ressources nationales.

Dans ce nouveau contexte mondial, la descendance devient une obsession.

Shana, orpheline, voit ses rêves d’intégrer l’armée voler en éclats lorsqu’elle entrevoit ce qu’elle n’aurait pas dû. Lancée dans une quête acharnée pour retrouver sa place, elle croise la route de Cameron, danseur de ballet qui n’a eu d’autre alternative que d’effacer délibérément sa mémoire. Ils trouveront secours auprès du scientifique Nick Clementi, qui craint d’avoir mis le doigt sur une grande conspiration. Commence alors pour chacun d’entre eux un combat pour rétablir la vérité.

Jusqu’où est-on prêt à aller lorsque les enfants manquent à l’humanité ?

Lire la suite »

Des fleurs pour Algernon de Daniel Reyes

Résumé :

Algernon est une souris de laboratoire dont le traitement du Pr Nemur et du Dr Strauss vient de décupler l’intelligence. Enhardis par cette réussite, les deux savants tentent alors, avec l’assistance de la psychologue ou plutôt l’enseignante pour élèves retardés Alice Kinnian, d’appliquer leur découverte à Charlie Gordon, un simple d’esprit employé dans une boulangerie. C’est bientôt l’extraordinaire éveil de l’intelligence pour le jeune homme. Il découvre un monde dont il avait toujours été exclu… [trop de spoiler]

Mais où cette expérience va-t-elle le mener ?

Si l’opérassion réussi bien je montrerai a cète souris d’Algernon que je peu ètre ossi un télijen quelle et même plus. Et je pourrai mieux lire et ne pas faire de fotes en écrivan et aprendre des tas de choses et ètre com me les otres.

Lire la suite »