Le jour où le bus est reparti sans elle – Beka, Marko & Cosson

bus reparti

Résumé

Le jour où le bus est reparti sans elle, Clémentine se retrouve coincée dans une singulière épicerie de campagne, loin de tout… mais jamais aussi près de trouver ce qu’elle cherche : des réponses à ses doutes existentiels. Les histoires zen d’Antoine, l’incroyable épicier, l’expérience de Chantal l’écrivaine, le passage de Thomas le PDG-randonneur, vont irrémédiablement changer la vision de la vie qu’avait Clémentine. Comme chacun de ces personnages, la jeune femme va essayer de trouver son chemin vers le bonheur. Même si, comme tous les chemins, il emprunte parfois d’étranges détours…

Découverte :

C’est une BD que j’ai aperçu il y a quelques temps grâce à la chronique de Anouk Library. Je comptais la lire ce fameux « plus tard » jusqu’au moment où on m’en a reparlé au boulot comme était vraiment un superbe livre touchant (merci :😊 )! Il était disponible à la Bibliothèque u : j’ai foncé ! Merci beaucoup pour la découverte ^^

L’histoire

Clémentine vivait une petite vie agitée et fatigante malgré une quête de sagesse incertaine. Elle devrait partir à un séminaire de yoga afin de trouver la paix et apprendre la sagesse de la méditation. Mais le bus est reparti sans elle… Et puis tout ne se passe plus comme prévu : elle fait ce genre de rencontre qui peut tout changer. C’est comme un rayon de lumière.

jour-3

Au niveau des dessins

Honnêtement, à la base je ne suis pas des plus fan des illustrations qu’on peut retrouver chez les éditions Bamboo. Je ne les trouve pas laides, mal travaillés ou quelque chose du style, c’est juste qu’elles ne me font pas ressentir de « truc en plus ». Ici, c’est un petit peu différent, les couleurs sont très douces, harmonieuses et reposantes. Les décors sont simples, pourtant on sent la vie, comme un mouvement à travers les pages. Un point très réussi : l’harmonie entre les passages « contes » et « la vraie histoire ». (Il en va de même avec l’écriture.)

le_jour_ou-d4417

De beaux messages

Il y a quelque chose qui me fait peur avec les livres de « développement personnels », feel-good ou philosophie : ne pas être touchée. Parfois le message est trop complexe, parfois trop bateau limite « cul-cul la praline » et improbable. Mais « le jour où » ne m’a pas fait cet effet-là, je suis vraiment épaté par la sagesse et la simplicité de ces beaux messages. C’est incroyablement positif ! Il ne faut pas stationner, il faut oser, faire les choses qu’on veut vraiment. Il ne faut pas se prendre la tête. Ce sont des valeurs qui semblent simples et pourtant compliqués à accepter, à assimiler. Les histoires d’Antoine, d’autres voyageurs et de la vie les font passer de manière claire, ludiques et percutantes : comme des contes pour enfants.

ori_aex_208656_9782818936023-page5

Autre petit point : l’humour est présent ! 😄 J’ai bien rigolé pendant sa séance de méditation (coucou le croissant 😁)

Mon avis / Ressenti

J’ai peur de trop parler de mon « ressenti » ^^

Positive et touchante. Je crois que ce sont les meilleurs qualificatifs utilisables. Personnellement, cette lecture tombe à pic dans un moment où j’essaye d’avoir une vie enfin plus « positive », en m’entourant de belles personnes et en faisant ce que j’aime. Le problème c’est que les peurs refont souvent surface : la peur de l’échec, de ne pas être aussi mature et bienveillante que ce que j’aimerais, assez intelligente ou faite pour mes études. La peur d’être mal entourée et de ne pas savoir gérer les personnes toxiques autour de moi. (D’ailleurs est ce que je ne le serai pas non plus ?) L’histoire des campagnols et la confiance en soi m’ont marqué. Se boucher les oreilles ne pas écouter toutes les personnes qui te disent que tu n’y arriveras pas. Parce qu’elles-mêmes ont peur de l’échec et essayent de se rassurer en rabaissant les autres.

En bref, c’est une bande dessinée qui a bien résonné et j’espère pouvoir appliquer tous ses conseils dans ma propre vie et vous la partager. En espérant que la quête de soi de Clémentine vous fasse le même effet. Qu’elle vous sorte de vos problèmes pour prendre un peu de recul et mieux profiter du présent. Qu’elle vous autorise les belles rencontres. 💖

Titre : Le jour où le bus est reparti sans elle

Saga : Le jour où

Scénario : Beka

Illustrateurs : Marko et Cosson

Editions : Bamboo

Genre : BD

Parution : 2016

Nombre de pages : 70

ISBN : 9782298142068

Publicités

Milford Green […] – Samuel George London & Mikael Hankonen

4cd421fc43a906d8ab81f2672bcf6b85_original

Article in English (bottom part)

&

Article en français ci-dessous

Une grande première et c’était pas de la tarte!

(merci bcp Louise pour ton aide 💖)

1f1eb-1f1f7

Bonjour !

Il faut que je vous parle d’un super truc.

Depuis quelques mois, je traîne sur Kickstarter un site de financement participatif. C’est l’occasion de découvrir toutes sortes de nouveautés, des objets étonnants et révolutionnaires, parfois loufoques, mais aussi de voir de nouveaux artistes comme ce fut le cas ici.

(un article plus détaillé sur le sujet est en cours de préparation)

Aujourd’hui, je vais vous parler de « Milford Green – Prettiest Village in the British Empire, 1897 » de Samuel George London et Mikael Hankonen. C’est un petit livre fort sympathique mêlant Angleterre victorienne, un inventeur timide et maladroit, et de mystérieux visiteurs… C’est parti !

Résumé :

En dehors de cette drôle d’aventure, Milford Green est un village normal situé dans les collines sud de l’Angleterre. C’était le cas jusqu’au jour où, lors d’une soirée d’été de l’an 1897, Alfie Fairfield un inventeur, voit quelque chose tomber du ciel et atterrir dans un champs. En tant que grand curieux et amoureux des machines, il se dirige vers l’O.V.N.I. et fini par découvrir que les être humains ne sont pas tout seul dans l’Univers…

L’histoire et les personnages :

Le personnage principal de cette histoire se nomme Alfie. C’est un jeune inventeur, très curieux avec plein d’idées mais il est aussi maladroit dans ses mouvements qu’avec ses sentiments. Il est tendre, marrant et attachant. Sa vie est des plus simples jusqu’au jour où un mystérieux objet atterrit dans un champ. Son quotidien ainsi celui de son entourage, la belle Mary et l’arrogant George, vont prendre un sacré tournant !

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les illustrations :

Je n’avais jamais remarqué un trait de ce genre. Ici, on a une alliance harmonieuse entre un trait « manga » et « bande dessiné » sur fond d’aquarelle. Les personnages ont des expressions faciales très marquées. On devine facilement leurs émotions ce qui accroît l’immersion pour le lecteur. Les décors sont épurés et délicats. Les couleurs sont choisies avec justesse avec des tons doux un peu comme dans les bandes-dessiné Le Château des Etoile d’Alex Alice. Même la typographie est différente selon la langue des personnages. Le mélange est peu ordinaire et magnifique. Ça donnerait presque envie d’aller faire un petit tour à Milford Green !

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

(la qualité des photos ne rend pas hommage aux dessins..)

Mon avis :

C’est une histoire plutôt courte, simple, dépaysante qui ne m’a pas déçue !

C’est un véritable plaisir d’avoir découvert le petit village de Milford Green et ses bizarreries. La seule chose qui m’a gênée c’est de l’avoir lu aussi vite. Il y a donc eu une deuxième lecture, puis une troisième. C’est le genre de livre qui me fait retomber en enfance. Qui donne l’impression qu’on sait quelque chose de plus. C’est comme si, à la fin, le retour à la réalité est compliqué, plus fade.

J’allais oublier : l’anglais est très accessible : la preuve je pu le lire ^^

En bref ce fut une très belle découverte ! J’espère que ces quelques mots vous auront donné envie de découvrir ce fameux village…

C’est une chose que je ne fais jamais, cependant on va faire une petite exception : je me permets de vous indiquer le lien du projet sur le site Kickstarter, le résultat sur Signal Comics et la boutique Etsy étant donné que ce n’est pas un livre largement diffusé 😊

 

flag-for-united-kingdom_1f1ec-1f1e7

Hi !

There is something great I need to talk to you about !

For a few months now, I have been spending my time on Kickstarter a crowdfunding site. It’s an opportunity to discover every kind of ideas, amazing and revolutionary objects, crazy things, but also to find new artists. That’s why, today we are going to talk about “Milford Green – Prettiest Village in the British Empire, 1897” by Samuel George London and Mikael Hankonen. It’s a little and nice book talking about Victorian England, a socially awkward inventor and mysterious visitors !

The story and the characters :

In this story, the main character is Alfie. He’s a young inventor, a very curious man and he has a lot of ideas, but he is socially awkward. He is tender, funny and appealing. He lives a quiet life until the day when a mysterious object falls in the rolling hills. His daily life and the ones of his companions, the pretty Marry and the arrogant George, are going to take a big turn!

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Illustrations :

I had never seen this kind of a pencil line. Here, we have a harmonious alliance between “manga” style and “comic strip” style with watercolour. It’s beautiful. The characters have very strong facial expressions. We can easily guess their emotions which helps the reader to get better into the book. The sets are simply refining and delicate. The colours are selected very carefully with soft shades which remind us the comic strips Le Château des Etoiles of Alex Alice. Even the typography is different depending on the type of language the characters are using. The association is unusual and magnificent. It would almost make me want to go to Milford Green !

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

My opinion:

It’s a short, simple, unusual story which didn’t disappoint me.

It’s a real pleasure to discover the pretty little town of Milford Green and its quirks. The only thing that disappoints me is to have read it too fast. It’s the kind of book which makes me fall back into childhood.

The English is also accessible for French people like me who have trouble with foreign languages…

This is something that I never do, however, I will make a small exception: I am giving you the link of the project link on the Kickstarter website, as well as the result on Signal Comics and the Etsy shop as it is not a widely distributed book…

 

64853952_1546931618776677_4048886882782674944_n

Titre / Title : Milford Green

Auteur / Author : Samuel George London

Illustrateur / Illustrator : Mikael Hankonen

Editions / Publishing house : Signal Comics

Genre / Type : SF

Nombre de pages / Number of pages :

Parution : 2018

ISBN : 978-1-9996283-0-7

Seuls, la Disparition de Bruno Gazzotti et Fabien Vehlmann

9782800136929-couv-m800x1600

Résumé :

Ils sont cinq … mais ils sont seuls.

Il y a d’abord Yvan, 9 ans, l’artiste rigolo et carrément lâche. Il y a ensuite Leïla, 12 ans, la garçonne énergique et optimiste. Viennent ensuite Camille, 8 ans, la naïve généreuse et moralisatrice et Terry, 5 ans et demi, le gamin turbulent et attachant. Et puis, il y a aussi Dodji, 10 ans, l’ours au grand cœur.

Ces cinq enfants se réveillent un matin et constatent que tous les habitants de la ville ont mystérieusement disparu. Que s’est-il passé ? Où sont leurs parents et amis ? Ils se retrouvent livrés à eux-mêmes dans une grande ville vide et vont devoir apprendre à se débrouiller… SEULS !

9782800136929_p_1

Lire la suite »

Le monstre du placard existe et je vais vous le prouver d’Antoine Dole et Bruno Salamone

Le-monstre-du-placard-existe-et-je-vais-vous-le-prouver

Résumé :

Un petit garçon s’emploie à prouver à ses parents que le monstre du placard existe. Et il a de bons arguments : le monstre du placard adore les bonbons, voilà pourquoi il y a des paquets vides sous le lit… Il s’ennuie pendant la journée et dessine donc sur les murs… Il est sportif et c’est lui qui laisse des traces de baskets sales sur le tapis du salon… Ben voyons ! Mais le monstre a aussi peur du noir, c’est pour ça qu’il faut laisser la veilleuse allumée la nuit…

Lire la suite »

« Maman ! » d’Hélène Delforge et de Quentin Gréban

Maman

Résumé :

Maman. Un des premiers mots du monde. Un nom unique, porté par des milliards de femmes. Un mot pour dire l’amour, la tendresse, le lien, parfois le manque. Il y a autant de mamans qu’il y a d’enfants. Pourtant, sur tous les continents, lorsqu’elles prennent leur bébé dans les bras, les mamans se ressemblent.

Lire la suite »