La Chartreuse de Parme de Stendhal (Partie 3)

Résumé :

Alors que le règne napoléonien touche à sa fin, Fabrice del Dongo décide de partir à la rencontre de ce personnage illustre qu’est Napoléon dont on lui parle depuis sa naissance. Cependant, Fabrice arrive lors de la bataille Waterloo et ne fait qu’approcher le danger sans réellement s’y confronter. Mais dans cet élan fictif d’héroïsme, Fabrice est en fait à la recherche de l’amour. D’abord dans celui de son icône de toujours puis plus globalement dans la recherche du sentiment en soit qui lui est totalement étranger. A la recherche de ce Saint Graal, Fabrice ira de part en part de cette Europe en reconstruction de l’après Napoléon…

Chapitre 14 :

Grâce à de multiples manipulations du prince, Gina réussit à obtenir de vagues promesses d’immunités pour Fabrice à propos du meurtre de Gilleti. En effet, sans immunité, Fabrice risque, au mieux, la prison ou « les galères » et dans le pire des cas il pourrait être condamné à mort. Cependant, dans le même temps, le prince demande que l’on surveille les routes de Parme pour y arrêter Fabrice s’il venait à y apparaître. Le prince tient sa parole en partie puisqu’il avait demandé 20 ans de prison et qu’il diminue la peine à 12 ans sous la pression de Gina à qui il avait tout de même promis l’immunité de son neveu. Raversi ayant été exilée de force sur la demande de Gina, celle-ci se venge en envoyant une fausse lettre à Fabrice lui disant de revenir au pays. Ainsi, il se fait attraper par la police une fois de retour sur les terres de Parme.

Chapitre 15 :

Une fois dans la citadelle, Fabrice subit un interrogatoire un peu spécial à cause de son rang (en effet, la prison est tenue par les ennemis de Gina et du comte Mosca), et à cause du bruit réalisé, Clélia qui se trouvait dans la voiture de son père, le général Conti, apprend que Fabrice va aller en prison. Et tandis qu’une multitude d’actions tragiques ont lieu, le récit est centré sur les sentiments qui se révèlent entre Clélia et Fabrice. Puis, il est question de Clélia. Son père pense d’abord au fait qu’il aimerait lui trouver un mari digne de la beauté de sa fille mais cette dernière ne semble pas vouloir avoir de mari puisqu’elle dit qu’elle y perdrait sa liberté. On trouve aussi de nombreuses comparaisons et mise en opposition avec Gina dont les beautés ne cessent d’être misent en compétition. En effet, au sein d’une soirée, elles se retrouvent au centre de l’attention générale. Puis, l’archevêque de Parme avec qui Fabrice était proche vient voir Clélia et lui demande quelques services à propos de son protégé.

Chapitre 16 :

Alors qu’il en était question de manière voilée depuis le début du roman, le narrateur nous parle de manière claire de l’amour de Gina pour Fabrice. En effet, elle vient d’apprendre l’arrestation de Fabrice ce qui la plonge dans le plus profond désarroi. Puis, une fois les larmes passées, elle se met à réfléchir à des moyens d’aider son cher neveu. Mais une des plus grandes peurs de Gina est de finir en prison ou de devoir affronter les représailles du prince. Elle décide ensuite de quitter le comte et de paraître avec un nouvel amant avec qui elle ne serait que par intérêt. Mais Mosca étant fou amoureux, vit que le seul moyen pour lui de rester proche de la duchesse était de lui donner des informations sur Fabrice et de l’aider à s’évader, ce qu’il fit. Cependant, son entreprise s’annonce compliquée car le prince en veut à Gina pour la façon dont elle lui a parlé quelques chapitres plus tôt.

Chapitre 17 :

Pour obtenir des informations, Mosca se rapproche de Rassi un des confidents du prince. Et alors, qu’il vient d’obtenir des indications sur le futur de Fabrice, il reçoit une lettre de Gina lui expliquant que tout est bien fini entre eux et qu’ils doivent se voir de moins en moins. Pendant ce temps-là, le comte aurait démissionné à ce qui se dit dans Parme et la rumeur de la mise à mort de Fabrice se répand dans la ville. Le comte fait alors venir Rassi qui lui dément cette dernière rumeur puis il lui demande de faire passer, en secret, de l’argent pour Fabrice. On apprend à la fin du chapitre que de nombreuses tentatives de corruption de Gina ont échouées.

Chapitre 18 :

Fabrice vient d’arriver dans la prison et cette arrivée nous est décrite avec précision. Il n’y est nullement question de souffrance ou d’ennui mais plus de joyau architectural et de bonheur. La première soirée d’incarcération de Fabrice se passe dans le rire et il ne cesse de penser à Clélia par laquelle il souhaite être vu. Il réussit à la voir et être vu par Clélia lors du lendemain et il se met en tête des solutions pour voir et être à nouveau vu par cette dernière. Ainsi, il consacre chaque journée à essayer de trouver des moyens de voir et d’être vu de celle qu’il aime malgré les règles de la prison. Fabrice en vient même à être plus heureux dans la prison que ceux qui l’aime et qui en sont dehors car ces derniers connaissent la menace de mise à mort de Fabrice tandis que lui reste dans l’ignorance. Cependant, il a peur que les sentiments qu’il ressent pour Clélia ne soient pas réciproques. On apprend à la fin du chapitre que le général Conti poursuit l’idée de marier sa fille à l’homme le plus riche de la cour : le marquis Crescenzi.

Chapitre 19 :

On sait depuis le chapitre précédent que Fabrice a peur d’un amour à sens unique. On apprend ici que Clélia a peur de la même chose et qu’elle craint que s’il l’aime vraiment, cela ne dure pas. Elle est, par ailleurs, jalouse de la position de Gina dans le cœur de Fabrice, craignant que celui-ci aime sa tante. Clélia accepta avec regrets et intérêts les avances du marquis : dans le cas contraire son père l’aurait envoyé au couvent et elle n’aurait jamais pu revoir Fabrice. Clélia craignant des tentatives d’empoisonnements de celui qu’elle aime, les deux amants modifient leurs moyens de communications et Clélia lui fait passer des vivres sains. Alors qu’ils parlaient jusque là par des signes, ils commencent une relation épistolaire. Leurs moyens de communications semblent s’améliorer en même temps que leur amour pour l’autre grandit. Pendant ce temps-là, le comte Mosca continue de récolter des informations et le prince continue de faire souffrir volontairement Gina.

Chapitre 20 :

Fabrice et Gina reprennent contact grâce à des signaux lumineux à l’initiative de Gina qui souhaite le faire évader. Cependant, son neveu ne le veut pas car il ne pourrait plus voir Clélia. Lorsque cette dernière apprend cela, elle tente de le pousser à suivre les conseils de sa tante mais il ne veut rien entendre. Clélia avait refusé dans un premier temps de voir en tête à tête Fabrice mais elle finit par accepter, elle lui avoue ses sentiments et lui demande à nouveau de s’enfuir au risque de se faire empoisonner. Quelques jours après cela, Gina lui envoie un long message lui expliquant un plan d’évasion. Il apprend par ailleurs la mort de son père. Puis, un nouvel entretient a lieu avec Clélia où elle obtient de Fabrice la promesse de sa fuite dès que l’occasion se présentera. Rassi apprend que le prince voudrait empoisonner Fabrice, information qu’il communique à Mosca et donc à la duchesse. Elle prévient donc Fabrice selon le signal convenu qu’il va devoir s’échapper car il court un grand danger.

Chapitre 21 :

On apprend comment Ferrante et Gina se sont connus et on découvre qu’il possède des sentiments pour Gina. Il est ensuite question que Gina et Ferrante empoisonnent le prince, tous deux aillant des rancœurs différentes contre lui. Le plan de l’évasion de Fabrice se met en place tandis que les relations entre Gina et Clélia commencent à se tendre à cause de la jalousie. Mais n’ayant pas confiance en Clélia, Gina disposa de la drogue pour endormir le général Conti sauf que la dose fut trop puissante. Ainsi, le général se retrouve dans une mauvaise posture tandis que Clélia est furieuse et va régler ses comptes avec les serviteurs de Gina. Grâce aux aveux de ceux-ci à Clélia, le général est soigné. Cependant, Clélia décide d’obéir à son père et de se marier avec le marquis pour compenser le fait qu’elle vient de le mettre en danger de mort. Elle dit donc adieu à Fabrice dans une lettre où elle lui explique les derniers détails de sa fuite.

Titre : La Chartreuse de Parme
Auteur : Stendhal
Éditions : Flammarion
Année de parution : 1839
Genre : Roman/Historique
Nombre de pages : 654
ISBN : 978-20814336232

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s