La Chartreuse de Parme de Stendhal (partie 2)

Résumé :

Alors que le règne napoléonien touche à sa fin, Fabrice del Dongo décide de partir à la rencontre de ce personnage illustre qu’est Napoléon dont on lui parle depuis sa naissance. Cependant, Fabrice arrive lors de la bataille Waterloo et ne fait qu’approcher le danger sans réellement s’y confronter. Mais dans cet élan fictif d’héroïsme, Fabrice est en fait à la recherche de l’amour. D’abord dans celui de son icône de toujours puis plus globalement dans la recherche du sentiment en soit qui lui est totalement étranger. A la recherche de ce Saint Graal, Fabrice ira de part en part de cette Europe en reconstruction de l’après Napoléon…

Lire la suite

Publicités

La Chartreuse de Parme de Stendhal (partie 1)

Introduction :

Pour la seconde fois en quelques semaines l’article que je vais vous livrer va constituer un résumé d’un livre et non pas d’une analyse comme il en est question habituellement sur le blog. Comme je vous l’ai dit précédemment il s’agit du travail que j’avais à faire pendant mes vacances et j’ai décidé de le partager pour ceux qui en auraient besoin. La Chartreuse de Parme est un livre plutôt long et c’est pour cela que nous avons décidé de séparer cet article en 4 parties de 7 chapitres. Nous publierons ainsi pendant les 2 prochaines semaines 2 parties par semaines de ce (long) résumé. A la suite de cela nous reprendrons des chroniques plus classiques. Bonne lecture à tous ! 😊

Résumé :

Alors que le règne napoléonien touche à sa fin, Fabrice del Dongo décide de partir à la rencontre de ce personnage illustre qu’est Napoléon dont on lui parle depuis sa naissance. Cependant, Fabrice arrive lors de la bataille Waterloo et ne fait qu’approcher le danger sans réellement s’y confronter. Mais dans cet élan fictif d’héroïsme, Fabrice est en fait à la recherche de l’amour. D’abord dans celui de son icône de toujours puis plus globalement dans la recherche du sentiment en soit qui lui est totalement étranger. A la recherche de ce Saint Graal, Fabrice ira de part en part de cette Europe en reconstruction de l’après Napoléon…

Chapitre 1 : L’entrée de Napoléon en Italie en 1796 bouleverse les habitudes de l’époque. Le lieutenant français Robert fait alors connaissance de la famille del Dongo puis Stendhal parle des aventures de la conquête napoléonienne en Italie (les multiples défaites et victoire de Napoléon en Lombardie). Après cela, il est question de la naissance de Fabrice né de l’union illégitime entre Robert et la comtesse. Fabrice est alors baigné dans les récits napoléoniens et le faste des cours de ce dernier. On apprend aussi que Gina, la tante de Fabrice, est « folle » de ce dernier qui est d’ailleurs décrit comme un bon à rien. Cependant, il semble avoir de fortes bases religieuses qu’il a gardé de son enseignement chez les jésuites.

Chapitre 2 : Fabrice reçoit de la part de l’abbé Blanès un enseignement superficiel des signes qui peuvent comprendre à lire l’avenir. Pendant ce temps-là, le marquis del Dongo profite d’une rapide carrière politique qui se termine vite à cause de son incapacité. Il est ensuite questions de multiples assassinats dont le mari de Gina se retrouve la dernière victime. Elle est alors bloquée entre l’amour de Limercati qu’elle veut rendre malheureux pour avoir refusé de vouloir venger son premier mari et celui du comte N*** qu’elle n’aime pas mais qu’elle utilise pour rendre jaloux Limercati. Alors, son frère, le marquis del Dongo lui propose de revenir dans le château du lac de Côme d’où il l’avait exclu plusieurs années plus tôt. Et alors que Napoléon tente de reprendre le pouvoir, Fabrice décide de le rejoindre dans un élan d’héroïsme. Les adieux avec sa mère et Gina se font dans les larmes. Puis, une fois à Paris, Fabrice est d’abord déçu de ne pas pouvoir approcher l’empereur, puis se fait tout voler sauf les diamants que sa mère lui a donnés. Etant alors sans un sou, il s’engage dans l’armée où il est refoulé par ses supérieurs qui le jette une première fois en prison. Ayant charmé la femme du geôlier, Fabrice réussi à s’enfuir pour aller se battre. Une fois un cheval trouvé, il se précipite vers Waterloo.

Chapitre 3 : Malgré les conseils d’une vivandière qui est elle aussi tombée sous son charme, Fabrice insiste pour aller combattre. Une fois arrivé sur le champ de bataille, bien qu’il soit rempli de bonne volonté, ses tentatives de bravoures sont inutiles ou, au mieux, maladroites. Stendhal dit par ailleurs : « Nous avouerons que notre héros était fort peu héros en ce moment. ». Ayant peur, il trouve une vivandière et boit de l’eau de vie au point d’en être soul. Un général étant touché, il se fit réquisitionner son cheval, il se met alors à quitter le champ de bataille pour essayer de récupérer son cheval. Il s’ensuit pour le héros une désillusion : lui qui pensait que les soldats étaient tous solidaires les uns les autres, il se fait railler de toute part. Il s’enfuit et est recueilli par la vivandière du matin alors qu’il est au bord de l’endormissement.

Chapitre 4 : Tandis que les trahisons se multiplient pour Napoléon, avec un caporal et trois soldats, Fabrice prend la fuite à travers la campagne. Puis il croise à nouveau la vivandière et il lui raconte son histoire (inventée) à propos du nom qu’il porte. Dans la confusion la plus totale, Fabrice laisse son cheval à la vivandière avant de faire preuve, une fois de plus, de sa naïveté lorsqu’il braque un soldat français. Lors de sa fuite, Fabrice tombe sur une auberge où il est chargé de bloquer l’accès à un pont. Il échoue plusieurs fois et se fait blesser à la cuisse en voulant combattre tout seul une compagnie de 7 hussards. Il se fait blesser, quelques instants plus tard, à la main alors qu’il tentait de stopper un énième fuyard. Il rentre alors se faire soigner dans l’auberge.

Chapitre 5 : Tandis que l’auberge dans laquelle il a été recueilli prend feu, Fabrice s’enfuit mais, pris de faiblesse, un paysan lui vient en aide. Et alors qu’il est sur le point de retourner en prison, il charme involontairement les deux filles de son hôte qui décident de l’aider à se sauver. Il est alors prévenu par Gina qu’il ne doit pas rester longtemps à Paris et lui donne des instructions pour qu’il ne lui arrive rien. Il suit donc les instructions de cette dernière, son frère l’ayant dénoncé à la police il est donc recherché pour trahison. Alors qu’ils sont en train de s’enfuir, Gina et Fabrice sont arrêté (puis relâchés) par des gendarmes. Pas loin d’eux, ils font la connaissance d’un nouveau personnage nommée Clélia dont son père est, lui, arrêté pour de bon. Elle monte donc dans la voiture de Gina et Fabrice. Sa mère et sa tante essaie alors de convaincre le chef de la police milanaise de l’innocence de leur protégé mais celui-ci ne voulut rien entendre. Alors, Gina va voir un ancien ami et utilise le fait que celui-ci a commis une erreur contre elle dans le passé pour le pousser à aller voir le baron Binder pour lui demander de libérer Fabrice. Il est une nouvelle fois question dans ce passage des sentiments de Gina pour Fabrice malgré leurs 15 années d’écart et leurs liens de parentés. Fabrice profite alors des lacunes administratives de la ville pour partir sur les conseils du chanoine (l’ami de Gina) et suit à la lettres toutes les instructions que celui-ci lui a donné.

Chapitre 6 : Il est ensuite question de l’amour que Gina porte pour Fabrice. Si ce n’était que des allusions jusque-là, il est dit que Gina est devenue de plus en plus malheureuse après le départ de son neveu pour la guerre. Puis, un soir dans une loge de l’opéra elle fait la connaissance du comte Mosca. Stendhal nous explique ensuite son ascension au sein de la cour de Ernest IV réputé pour sa sévérité. Mosca tombe alors follement amoureux de Gina. Et tandis que Gina semble elle aussi beaucoup apprécier le comte, celui-ci est rappelé à Parme. Gina retourne donc sur les bords du lac de Côme où ils poursuivent une relation épistolaire. Après le retour de Fabrice de ses épopées napoléoniennes, Mosca propose plusieurs solutions pour vivre ensemble dont une qui semble fortement malhonnête. Cependant, il s’agit de celle que Gina finit, après maintes réflexions, par accepter. Cet option donna à Gina accès à la cour de Parme où elle fit rapidement connaissance des régents mais aussi des ennemis de Mosca. Ce dernier finit par proposer à celle qu’il aime d’aider Fabrice et notamment de le faire évêque tout comme le furent ses aïeux. Malgré quelques hésitations, elle finit par accepter la proposition de Mosca. Le même schéma a lieur lorsque Gina expose ses projets à son neveu. Et tandis que Mosca tombé en disgrâce manigance de nouveaux plans pour retrouver les faveurs du prince, Gina se met à séduire le prince et en faisant cela elle rend service à son amant à qui elle fait sa première déclaration d’amour depuis qu’ils se sont rencontrés. Cependant, elle est alors obligée de se rendre à Rome ou à Naples pour rester cohérente car elle a annoncé son départ au prince.

Chapitre 7 : Fabrice a fini son éducation et est désormais évêque. Il rentre donc voir Gina et Mosca la suspecte alors d’avoir des sentiments pour son neveu. Celui-ci est ensuite présenté à la cour du prince où il y fait une impression plutôt moyenne. Puis, sur les conseils de sa tante, il se rend voir l’archevêque de la ville. Par la suite, le prince, jaloux de la position du comte Mosca auprès de Gina, décide d’aller lui parler de la relation de cette dernière avec son neveu pour remuer en quelque sorte le couteau dans la plaie. Il s’ensuit alors un long monologue intérieur du comte Mosca qui ne sait pas réagir devant les supposés sentiments de Gina pour Fabrice. Il finit ensuite par deviner que la lettre anonyme qui avait réveillé sa jalousie venait du prince lui-même. Puis Fabrice envisage à son tour que la duchesse ait des sentiments pour lui mais prend peur. En effet, il explique que Gina est la personne à laquelle il tient le plus au monde mais qu’il est incapable d’aimer une personne.

LA SUITE PLUS TARD ! 😀 

Titre : La Chartreuse de Parme
Auteur : Stendhal
Éditions : Flammarion 
Année de parution : 1839
Genre : Roman/Historique
Nombre de pages : 654
ISBN : 978-20814336232

L’enfant et le Maudit de Nagabe

Résumé :

Il y a très longtemps, dans une contrée lointaine, existaient deux pays… “L’intérieur” où vivaient les humains, et “l’extérieur”, où habitaient des créatures monstrueuses qu’il ne fallait surtout pas toucher, sous peine de subir la malédiction. Cette histoire commence le jour où se sont rencontrés deux êtres qui n’auraient jamais dû se croiser…

Ils sont aussi différents que le jour et la nuit… Et malgré tout ce qui les sépare, malgré les ténèbres qui les entourent, ils vont écrire petit à petit une fable tous les deux…

Il était une fois deux divinités qui représentaient la lumière et les ténèbres. Le dieu de lumière apportait la joie autour de lui, alors que le dieu des ténèbres semait le malheur sur son passage.

Un jour, le dieu de lumière se mit en colère contre celui des ténèbres et lui infligea un châtiment. Le dieu des ténèbres fut privé de tout ce qu’il possédait et fut transformé en un monstre hideux. Fou de rage, il changea son châtiment en une malédiction afin que tout le monde subisse le même sort.

Un dessin inhabituel :

Ce qui est surprenant avec ce manga c’est son esthétisme très recherché. Les planches ressemblent plus à des dessins issus de romans graphique que d’un manga c’est assez étrange. Tout est détaillé à merveille sans être trop exagéré, les personnages sont expressifs et l’atmosphère particulière : c’est superbe ! Il y a aussi le jeu d’ombres et de lumières qui est extra : il colle parfaitement avec l’histoire. C’est comme si tout était fait pour que ce manga soit idéal : l’ensemble est particulièrement génial ! j’ai usé tous mes qualificatifs mélioratifs ^^

Un univers mystérieux :

Dans la première bulle, on plonge dans un univers mystérieux où le suspense montera tout doucement en faisant découvrir un univers angoissant… Ainsi, le suspense monte progressivement jusqu’à la dernière page, à mesure qu’on en apprend plus sur la malédiction et notre drôle de duo.

– Écoute…

Si jamais tu rencontres un être de l’extérieur, tu ne dois surtout pas le toucher.

Sauve-toi le plus vite possible.

– Pourquoi ?

– Eh bien… A cause de la malédiction.

Côté lecture :

La vitesse de lecture est inquiétante. Sans mentir. J’ai lu L’enfant et la Maudit en 20 minutes ! Si l’histoire n’avait pas été aussi bien (et belle) j’aurai mis bien plus de temps… Mais c’est tout de même un peu trop rapide… Surtout qu’à la fin de ce tome on comprend que l’histoire vient tout juste d’être annoncée et que la suite promet d’être mouvementée. Bref, c’est passer beaucoup trop vite et je suis addicte ! ^^

J’ai trouvé qu’il était un peu difficile de suivre les dialogues de ce manga. Souvent, les bulles ne pointent pas la bonne personne ou la bonne direction. Cela ne bloque pas la compréhension globale, on devine facilement qui parle et à quel moment, surtout que les dessins sont très détaillés et l’histoire très contemplative, mais ça coupe légèrement la fluidité de l’histoire.

Mon avis :

Globalement j’ai adoré cette histoire. C’était vraiment particulier et ça m’a beaucoup plu. Les dessins sont très expressifs, j’aime beaucoup le style qui fait un peu penser à l’univers de Tim Burton ou Benjamin Lacombe… Cet assemblage est parfais pour nous conter les aventures de l’Enfant et le Maudit, ce duo touchant, dans une contrée onirique… En bref, j’ai VRAIMENT adoré mais j’attends de voir la suite car l’histoire « commence à la fin » !

Titre : L’enfant et le maudit

Auteure : Nagabe

Éditions : Komikku

Genre : Manga

Parution : mars 2017

Nombre de pages : 175

ISBN : 978-2-37287-197-6

TAG – Sunshine Blogger Award

Bonjour tout le monde !

On espère qu’il n’est pas trop tard pour répondre ( après tout l’été c’est jusqu’au 23 septembre !) et nominer (haha) au Sunshine Blogger Award ! Ça faisait longtemps qu’on avait pas participé à un tag et on remercie Melle Cup Of Tea pour cette nomination !

Ce tag consiste à … :

  • Insérer le logo du Sunshine Blogger Award sur son blog

  • Citer la personne qui nous a nominée (prénom/pseudo et lien vers le blog)

  • Répondre aux 11 questions préparées par la personne qui nous a nominée

  • Nommer à son tour 11 blogueurs/blogueuses

  • Trouver 11 nouvelles questions à leur poser

Les 11 questions de MADEMOISELLE CUP OF TEA :

  • Quel est ton coup de cœur de l’année 2018 ?

Le Bouquineur : Soeurs de Bernard Minier sans aucun doute !

 

Mai 1993. Deux sœurs, Alice, 20 ans, et Ambre, 21 ans, sont retrouvées mortes en bordure de Garonne. Vêtues de robes de communiantes, elles se font face, attachées à deux troncs d’arbres.

Le jeune Martin Servaz, qui vient d’intégrer la PJ de Toulouse, participe à sa première enquête. Très vite, il s’intéresse à Erik Lang, célèbre auteur de romans policiers à l’œuvre aussi cruelle que dérangeante.

Les deux sœurs n’étaient-elles pas ses fans ? L’un de ses plus grands succès ne s’appelle-t-il pas La Communiante ?… L’affaire connaît un dénouement inattendu et violent, laissant Servaz rongé par le doute : dans cette enquête, estime-t-il, une pièce manque, une pièce essentielle.

Février 2018. Par une nuit glaciale, l’écrivain Erik Lang découvre sa femme assassinée… elle aussi vêtue en communiante. Vingt-cinq ans après le double crime, Martin Servaz est rattrapé par l’affaire. Le choc réveille ses premières craintes. Jusqu’à l’obsession.

Une épouse, deux sœurs, trois communiantes… et si l’enquête de 1993 s’était trompée de coupable ?

Pour Servaz, le passé, en resurgissant, va se transformer en cauchemar. Un cauchemar écrit à l’encre noire.

La Bouquineuse : Aucune idée ! Il faut aussi dire que cette année je n’ai pas eu de déception dans mes lectures ! Et comme d’habitude : je ne sais pas faire de choix ! Je n’ai jamais eu de coup de cœur ultime, mais j’ai adoré de nombreux livres. Voici donc mes préférés selon les genres ! 

  • Le thriller (ici psychologique) qui m’a le plus plu c’est Les garçons de l’été de Rebecca Lighieri :

 

Études brillantes, famille convenable et convenue, beauté radieuse et maîtrise du surf, Thadée et Zachée ont cru que l’été serait sans fin. Que la vie se passerait à chevaucher les vagues, entre jaillissements d’embruns et poudroiements de lumière. Mais en mutilant sauvagement Thadée un requin-bouledogue le prive de l’existence heureuse auquel il semblait voué : il est devenu un infirme. La bonne santé des uns, la sollicitude des autres le poussent à bout. Et le révèlent à lui-même…

  • En science-fiction, c’est Des Fleurs pour Algernon de Daniel Reyes, qui m’a bien dérangé !

LA CHRONIQUE ICI

Algernon est une souris de laboratoire dont le traitement du Pr Nemur et du Dr Strauss vient de décupler l’intelligence. Enhardis par cette réussite, les deux savants tentent alors, avec l’assistance de la psychologue Alice Kinnian, d’appliquer leur découverte à Charlie Gordon, un simple d’esprit employé dans une boulangerie. C’est bientôt l’extraordinaire éveil de l’intelligence pour le jeune homme. Il découvre un monde dont il avait toujours été exclu, et l’amour qui naît entre Alice et lui achève de le métamorphoser. Mais un jours les facultés supérieures d’Algernon déclinent. Commence alors pour Charlie le drame atroce d’un homme qui, en pleine conscience, se sent retourner à l’état de bête…

  • En documentaire c’est la Vie secrète des arbres qui m’a appris de nombreuses choses et qui a très bien complété/ illustré mes cours de biologie végétale !

Il y a un Wood Wide Web comme il y a un World Wide Web! Par leurs racines mais aussi par leurs feuilles et par le pollen qu’ils émettent, bouleaux, épinettes, sapins, érables, pins ou trembles communiquent entre eux.

C’est du moins l’une des étonnantes constatations du garde forestier Peter Wohlleben, dont le livre sensible et plein d’intuition nous révèle un monde bien caché.

Étant donné que l’évolution nous a très tôt coupés du monde végétal, il nous est aujourd’hui plus difficile de comprendre les plantes que les animaux. L’auteur nous invite à renouer avec nos forêts anciennes où pullule une vie très mal connue. Il nous apprend que les arbres possèdent un sens du goût, s’entraident, respirent, réussissent à vivre des centaines voire des milliers d’années… La vie secrète des arbres change notre façon de voir les forêts. « On ne peut plus les abattre sans réfléchir et ravager leur environnement en lançant des bulldozers à l’assaut des sous-bois », soutient Peter Wohlleben.

  • Ma bande dessinée préférée c’est Edelweiss de Lucy Mazel et Cédric Mayen.

Merci mon Bouquineur ❤

 

Été 1947, Boulogne-Billancourt. Lors d’un bal typique de l’après-guerre, Edmond, jeune ouvrier chez Renault, rencontre Olympe, fille de politicien. Il ne se doute pas qu’elle va bouleverser sa vie. Passionnée d’alpinisme, la jeune femme n’a qu’un rêve : escalader le Mont-Blanc pour égaler la prouesse de son aïeule Henriette d’Angeville. Malgré son manque d’expérience, Edmond promet qu’il l’aidera à le réaliser. Seulement, le train-train quotidien et plusieurs drames vont petit à petit émousser leur détermination… Mais qu’importe, l’amour est plus fort que tout, dit-on. Et s’il est capable de déplacer des montagnes, il peut aussi aider à les gravir.


  • Quel auteur connu aimerais-tu découvrir ?

Le Bouquineur : Franck Thilliez. La Bouquineuse m’en a tellement parlé qu’il va bien falloir que je lise un de ses livres un jour. En plus, il vient de la région ! 😉

La Bouquineuse : j’ai très envie de découvrir la plume de Rupi Kaur. J’ai eu l’occasion de lire deux ou trois de ses poèmes de son premier recueil Milk and Honey c’est tout simplement magnifique et très fort émotionnellement !

 

voici le voyage d’une

survie grâce à la poésie

voici mes larmes, ma sueur et mon sang

de vingt et un ans

voici mon coeur

dans tes mains

voici la blessure

l’amour

la rupture

la guérison

– rupi kaur –


  • Quel best-seller n’as-tu pas aimé ?

Le Bouquineur : La Chartreuse de Parme de Stendhal. Plus sérieusement, n’ayant pas beaucoup le temps de lire cette année, je n’ai pas lu beaucoup de livres. Néanmoins, le Seigneur des Anneaux a été très dur à lire et je n’ai pas réussi à aller jusqu’au bout !

La Bouquineuse : Il n’y a pas tant de livres que je n’ai pas aimé. J’essaye de ne pas lire de livres trop clichés pour éviter de tomber sur des livres écrits par des personnes pas très ouvertes qui se permettent encore d’écrire des choses sexiste, homophobe, spéciste ou raciste. Il y en a malheureusement encore trop.

Le livre que je n’ai pas aimé est tout simple pas très exceptionnel à mes yeux, il y fait beaucoup BEAUCOUP de bruit et je m’attendais à mieux. C’est Everything everything de Nicola Yoon.

 


  • Qu’est-ce que tu aimes grignoter/manger pendant ta lecture ?

Les Bouquineurs : Je grignote souvent mais jamais en lisant : j’ai trop peur de salir mes livres.


  • Quel est ton moment préféré pour lire ?

Les Bouquineurs : Le soir avant d’aller dormir et qu’il n’y a plus aucun bruit !


  • Aimes-tu les adaptations de livre au cinéma ?

La Bouquineuse : Tout dépend du livre et de l’adaptation. Par curiosité j’aime toujours voir à quoi ressemble l’univers de l’auteur, c’est en quelque sorte la modélisation de son imagination… C’est donc super à découvrir mais ça nous prive de notre propre imagination. Lors de la lecture, j’ai adoré imaginé Charlie et la chocolaterie (Roald Dahl), Harry Potter J.K. Rowling, Le monde de Narnia de C.L. Lewis ou 16 Lunes Kami Garcia et Margaret Stohl mais j’ai été assez triste de leur adaptations… A contrario j’ai adoré l’adaptation des Insoumis d’Alexandra Bracken en Darkest Minds !:)

Le Bouquineur : Je suis un adepte des adaptations cinématographiques des livres car cela permet d’avoir une vision plus réelle de l’ambiance du livre et des décors quand c’est bien fait.


  • Lis-tu le livre avant de regarder le film ou plutôt l’inverse ?

La Bouquineuse : Si possible j’essaye de lire avant, mais il arrive des fois ou je n’ai pas le temps de lire ou je ne savais pas que c’était un livre. C’est par exemple le cas de La promesse de l’aube de Romain Gary que je n’ai toujours pas lu, ou du film Papillon que j’ai vu récemment et dont j’aimerai lire le livre pour avoir plus de détails sur la fin ! Et idem pour le Bouquineur ! 😀


  • Comment choisis-tu tes lectures ?

La Bouquineuse : Oula ! Encore une question à choix complexes ! ^^ C’est très bête mais je choisis souvent en fonction de la couverture, de l’avis de mon entourage mais aussi de la blogosphère ! Les résumés en disent souvent trop je ne les lis pas souvent 😉

Le Bouquineur : Je n’ai pas trop le temps de choisir mes lectures ces temps-ci…


  • Un livre que tu as tellement aimé que tu recommandes à tout le monde ?

La Bouquineuse : comme pour la question du coup de cœur tout dépend du genre et de la personne. J’ai souvent recommander La Servante écarlate de Margaret Atwood, Outlander de Diana Gabaldon, Petit pays de Gaël Faye et récemment Un goût de cannelle et d’espoir de Sarah McCoy (découvert grâce à la belle chronique de Carolivre https://carolivre.wordpress.com/) .

Le Bouquineur : Une putain d’histoire de Bernard Minier (encore une fois) sans aucune hésitation !


  • Pourquoi avoir ouvert un blog littéraire ?

Pour l’oseille évidement ! #grosseboutade

Plus sérieusement c’est La Bouquineuse qui avait envie d’ouvrir un blog littéraire parce qu’elle lit beaucoup et de tout. Elle voulait pouvoir partager ses lectures, son avis sur celles-ci et aussi en découvrir de nouvelles grâce aux autres blogs. Lorsqu’elle m’a parlé de son idée, je lui ai proposé de l’aider et c’est ainsi qu’est née La Bouquinerie Imaginaire. Nous souhaitions donner notre humble sur nos lectures, partager nos coups de cœurs et faire des découvertes littéraires ce qui est possible grâce au système de service-presse ! 🙂 Bien évidemment nous aimons écrire ! Comme tous ceux qui possèdent un blog si nous faisons cela c’est aussi parce que nous aimons écrire et raconter des choses. 😉

Nos questions :

  • Quel est ton livre préféré ( et pourquoi )?

  • Qui sont tes trois auteurs préférés ( et pourquoi ) ?

  • Quelle est ta citation favorite ?

  • Pourquoi blogues-tu ?

  • Quel est ton rythme sur le blog ?

  • Que recherche tu dans la blogosphère ?

    Comme tu y passes ton temps, ton but dans ce « monde »-ci…

  • Quelles sont tes musiques du moment ?

  • Quelles est la personne que tu admires le plus et pourquoi ?

  • Les endroits sur Terre qui te font le plus rêver ?

  • As-tu déjà pensé à devenir écrivain ?

  • Qui veux-tu être ?

Les nominés :

Si vous répondez à ce tag, n’hésitez pas à commenter et nous donner le lien de votre article ! 🙂

La gueule de leur monde d’Abram Almeida

Résumé :

Le narrateur mène sa vie au Burkina Faso. En tant que chômeur, « homme intègre » et personne pauvre, comme la majorité du pays, il décide de partir du jour au lendemain pour l’Europe, nouvel Eldorado. Cependant, rien ne va se passer comme prévu et les embûches vont se multiplier au court de son voyage. Ce livre nous raconte, certes, l’histoire extraordinaire du narrateur, mais qui est, dans les faits, celle de millions de migrants qui tentent de rejoindre un monde qui se dit meilleur. N’ayant rien à perdre, autant tout miser…

  Lire la suite

Elise au pays des alpages de Régine Boisier

Résumé :

Née de père et mère inconnus. Telle est l’origine d’Élise l’enfant trouvée de la montagne, sa vie, son chemin de croix, sa destinée… Pourtant elle reviendra sur les mystères de sa naissance, réussira à  » enfanter  » de son père et connaîtra un lumineux destin. Un conte de fées où Cendrillon devient princesse.

Lire la suite